Effectivité de l'approche genre en milieu rural, une ambition irréaliste?

25 juin 2020

La déclaration du millénaire soulignait en 2000 la nécessité de «promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes  en tant que moyen efficace  pour combattre  la pauvreté, la faim, la maladie et promouvoir un développement durable». 
Cependant,  20 ans après, le fossé qui sépare  les hommes et les femmes dans de nombreux domaines et notamment en milieu rural reste immense. Malgré les nombreuses initiatives de promotion du genre, force est de constater que dans ce milieu, les choses n'ont pas vraiment évolué. En effet, les us et traditions qui régissent le milieu rural ne favorisent pas forcément l'effectivité de l'approche genre pris dans son contexte de développement socio-économique. 

 C’est le système patriarcal qui y règne et qui attribue aux femmes l’espace privé. Leur participation aux activités n’est pas visible. Mais aux hommes on attribue l’espace public, celui de fournisseur de revenus et de ce fait,une reconnaissance sociale. Dans un groupe mixte,  les  femmes hésitent à prendre la parole et à se mettre en avant. Elles ont moins l’habitude d’occuper l’espace public et craignent les interprétations d’arrogance et de prétention. Pire une femme qui émerge et se veut être force de proposition risque d’avoir toute la communauté contre elle, de surcroît si elle est veuve ou divorcée.
Face à une même problématique, grande a été ma surprise de constater l’écart entre la substance  d’une conversation faite exclusivement avec les femmes d’une part, et d’une autre faite avec ces mêmes femmes et un autre groupe d’hommes pris ensemble d’autre part. Ceci, pour signifier l’influence de la présence des hommes sur le raisonnement des femmes dans ce milieu.  De toute façon, la parole des femmes est moins entendue à cause d’un faisceau de règles et de normes sociétales contraignant son expression, son écoute et sa prise en compte. Il est dommage que ces femmes qui sont les piliers de leur famille voire de leur communauté ne se sentent pas légitimes pour s’exprimer sur des sujets les concernant directement, ni pour être force de proposition en groupe mixte alors qu’elles ont souvent de belles idées pouvant faire avancer la communauté. Le rôle de la femme dans le développement socio-économique des familles paysannes et des zones rurales n’est plus à démontrer. 
Il est regrettable que dans la pratique, les efforts d’intégration de la perspective du genre se soient limités à la mise en place de projets réservés aux femmes ou les incluant. Toutes aussi positives qu’apparaissent ces actions, il est nécessaire d’évoluer vers un degré d’impact qui touche le mode de fonctionnement des communautés, des foyers  ainsi que les comportements des hommes et des femmes tout en respectant leurs besoins, leurs spécificités et leurs capacités sans pour autant balayer du revers de la main toutes les composantes de la tradition. 

Partager :

0 commentaires
Commenter avec