Agriculture familiale : levier de développement du milieu rural

28 mai 2020

Le premier métier en milieu rural est celui d’agriculteur basé sur une structure familiale. La main d’œuvre est principalement composée des membres de la famille. Ce type d’agriculture permet de subvenir aux besoins alimentaires  et ainsi de lutter contre la faim.  Aussi, constitue t- elle une épargne pour la famille rurale. En effet, les chefs d’exploitations n’hésitent pas à vendre une partie de leur production pour répondre à un besoin spécifique ponctuel/ ou à l’un des besoins vitaux de la famille.  Non seulement, elle s’avère donc être la première source de revenus de la famille rurale mais de cette agriculture est issue la majorité des aliments consommés dans le monde.


Semis
Semis
 
Cependant  les agriculteurs sont confrontés  à plusieurs problèmes que sont : accès aux intrants de qualité, non maîtrise des itinéraires techniques de production,  accès à un marché rémunérateur, changement climatique, accès au financement, insuffisance  de conseil agricole et manque d’informations sur les innovations en agriculture, etc.
La résolution de ces différents problèmes qui constituent un handicap à l’agriculture familiale constitue la motivation de nos différentes interventions. 
Le premier défi a été de réussir à organiser les producteurs en groupe, et à les faire coopérer ensemble afin qu’ils mutualisent leurs efforts, que ce soit d’acquisition d’intrants ou de commercialisation de produits. 
Le challenge  suivant est  de faire comprendre à ces acteurs qu’ils sont des entrepreneurs « adjohouégan », et qu’ils doivent ainsi raisonner. Le plus important en réalité, ce n’est pas la superficie emblavée mais c’est plutôt le rendement et donc la marge faite sur une superficie.  Ceci passe par l'acquisition de certaines notions dont dépend majoritairement le rendement telles que l’importance de la qualité de la semence, la maîtrise des itinéraires techniques, la maîtrise de calcul de coût, et la sensibilisation sur les pratiques agro-écologiques, qui d’ailleurs constituent des points essentiels de coaching de ces chefs d’exploitation. 

Champs de soja
Champs de soja

Renforcement de capacité sur les itinéraires techniques de production : les agriculteurs ont leurs techniques de production qui ne permettent pas toujours d’optimiser le rendement. Nous procédons avec eux par expérimentation afin de comparer les rendements obtenues au bout du cycle via chacune des pratiques, et de prendre ainsi une résolution à appliquer.

Calcul de coût : Nous accompagnons le producteur à  évaluer ses  charges totales réelles sur une superficie donnée afin de dégager la marge réalisée.  Il cerne mieux ainsi la méthodologie de fixation du prix de cession et  a une idée claire de son gain.  

Sensibilisations des pratiques agro-écologiques : « Nos sols sont de moins en moins fertiles, nous n’arrivons plus à optimiser le rendement». Les terres sont les premiers facteurs de production ; et mieux nous les entretenons, plus nous les conserverons. Vulgariser les techniques de conservation et/ou de gestion durable des terres afin qu’ils en prennent déjà conscience et finissent par se l’intégrer est déjà un pas considérable vers l'idéal recherché !

La sécurité alimentaire passe prioritairement par le développement du secteur agricole dans les milieux ruraux. Nous l’avons compris, nous œuvrons pour !

 

 

Partager :

0 commentaires
Commenter avec